LA MASCARADE [ Festival de jeune création théâtrale ]

4e édition

les 24, 25, 26 septembre au Théâtre de la Mascara !






Réservation en ligne



Obtenir vos billets sur www.helloasso.com


Le festival accueillera cette année 10 spectacles,

des performers et des concerts ainsi qu'une table ronde.


Voir le programme détaillé sur le site du festival


France cie you're never walk alone (1h30)

L’histoire que nous allons raconter n’est pas l’histoire d’une victoire, c’est l’histoire de plein de victoires. Avec Augustin, Francis, Hugo, Maxence, Natacha, Paul et Simon, nous allons partir pour un long voyage dans les pas de Didier, Laurent, Lilian, Manu, Marcel, Zinédine et les autres.Nous sommes l’Équipe de France. Sept matchs, sept épreuves nous attendent pour écrire laplus grande page de notre histoire : décrocher l’étoile des Champions du Monde, une épopée d’aujourd’hui.

Avec : Simon Alopé, Maxence Bod, Francis Bolela, Paul Delbreil, Augustin Passard, Hugo Seksig Garcia, Natacha Steck Mise en scène, chorégraphie et dramaturgie : Natacha Steck Assistanat : Lisa Garcia, Carolina Rebolledo Scénographie : Aimie Hoffstetter, Victor Bethenod, Antoine Steck Création lumière : Axel Bres Création musicale : Cyprien Steck Costumes et accessoires : Colombine Hauss Steck


L’empreinte Groupe le Sycomore (1h)

Dans une maison isolée, trois personnages attendent l’heure du repas. Malgré l’apparente quotidienneté de leur réunion, l’inquiétude et le silence qui les submergent révèlent peu à peu la présence d’une étrangeté au cœur du familier. Bien que l’ordonnance de leur habitat, le silence et le respect des convenances soient de rigueur, les personnages laissent en effet deviner un trouble qui les envahit et qui annonce le dérèglement prochain de l'unité du foyer. Composée de peu de mouvements et de beaucoup de silence, la danse macabre qu’est L’Empreinte, invite à rire au cœur même du douloureux combat qu’il faut livrer lorsque s’en vont les êtres aimés.

Avec : Jean-Baptiste Cautain Juliette Evenard Stéphane Monpetit Juliette de Ribaucourt Mise en scène : Clara Chrétien Assistante : Nina Ayachi Création sonore : Guillaume Ohrel Création lumière : Clémy Jardon Création costume : Jeanne Peltier Chant : Giulia de Sia


Traverser la Rivière sous la pluie Collectif 2222 (1h)

De quoi parle-t-on? (D’ailleurs on ne parle pas vraiment) Des tirs au loin, ils fuient avec presque rien et se retrouvent face à une rivière sans pont. Sur l’autre rive, une cahute (frontière ? check point ? ou mirador ?) et des uniformes armés (militaires ? miliciens ? des gardes ?). Ça tire au loin ; il faut traverser ! D’un côté, une grand-mère Belge dans une valise, trainée par son fils aussi dévoué que Turc; une femme enceinte Britannique, son mari Norvégien, et leur gros bébé Suédois. Ils vont se débrouiller, avec leur presque rien, pour trouver des solutions ; naïves, décalées, bizarres, humaines. De l’autre cote de la rivière, deux gardes qui essayent, vaille que vaille, de faire respecter la consigne. On croise aussi la bonne volonté d’un « humanitarien », un blessé grave, un touriste égaré et l’incontournable reporter. Il n’y a pas de fatalité, seulement des circonstances et des opportunités, et les moyens qu’ils trouvent, ensemble, de s’en saisir. Ce sont, sur chacune des rives de cette rivière, des clowns-bouffons qui parlent leurs grommelot respectifs. Ce ne sont pas des martyrs, ni des bourreaux. Juste des victimes sans pathos mais pleins d’espoir, de vie, mis dans une situation qui ne date pas de hier et qui se reproduit sans fin.

Avec (en alternance) : ​Sturla Alsvsag (Norvège) Victor Barrère (France) Andrea Boeryd (Suède) Alan Caincross (Écosse) Yen Ling Chang (Taïwan) Paul Colom (France) Manon Dumonceaux (Belgique) Elizabeth Margereson (Angleterre) Ulima Ortiz (Colombie) Tibor Radvanyi (France) Sencan Oytun Tokuç (Turquie) Mise en scène : Thylda Barès (Franco-Brésilienne) Technique : Clémentine Pradier ou Damien Gallot


C’est un reflexe nerveux on n'y peut rien Cie la Meza Feliz (1h)

Thérèse et Palmier. Une grande et une petite. Dans un futur plus ou moins proche. Dans un pays plus ou moins lointain. Depuis le phénomène d'hilarité féminine qui a contaminé le pays, les femmes sont sous surveillance. Interdiction formelle de rire et de faire rire. Ettouffées par un quotidien ritualisé, par une parole polissée, dans des corsets trop serrés, leurs ventres grondent. Une nuit, la rébellion s'organise...

Ecriture-mise en scène : Estelle Rotier, Candice Gattichi Louise Herrero Interprétation : Estelle Rotier et Louise Herrero Création Lumière : Titiane Barthel Conception costumes : Juliette Megevand


Sillages Cie Nevoa (35 min)

Sillages est un spectacle sur les rencontres, celles qu'on fait, celles qu'on provoque ou encore celles qu'on évites. Entre danse, musique et trampoline, les trois interprètes naviguent entre les émotions des différentes personnes qu'ils ont rencontré au travers d'interviews enregistré et mises en musique.

Avec : Quentin Beaufils et Léo Ricordel Musique : Enzo Claudy Régie Générale : Frédéric Vitale et un grand merci à toutes les personnes qui nous ont prêté leurs voix pour les enregistrements.


Guten Tag, Madame Merkel Cie les oiseaux de Minerve (1h30)

Guten Tag, Madame Merkel est une rêverie satirique et poétique.C’est l’histoire d’Angela Merkel, physicienne talentueuse d’Allemagne de l’Est, devenue chancelière puis femme la plus puissante du monde.Avec une quinzaine d’autres personnages à ses côtés, de Helmut Kohl à Vladimir Poutine en passant par Nicolas Sarkozy, on suit sa vie, de la chute du mur de Berlin jusqu’à la fin de sa carrière de chancelière, découvrant ainsi sous l’angle intime cette femme de pouvoir secrète à l’intelligence politique redoutable.

Ecriture, mise en scène et jeu : Anna Fournier Assistante mise en scène : Marie Sambourg Scénographie : Camille Duchemin Costumes : Camille Aït Allouache Son : Antoine Reibre Lumières : Léo Garnier


Rogatons drame sanglant Cie pire encore (1h)

Bienvenue dans l’intérieur douillet de l’illustre Marie-Viande, comtesse anthropophage confinée depuis ce qui ressemble à toujours. Assistée par Polype, excroissance hybride qui la sert et l’aide à accoucher de ses nombreux avortons, Marie-Viande dévore ses enfants avec délectation pour combler le vide qui la ronge. Seulement voilà: il n’est pas sain d’ingérer à l’infini ce qui sort de soi; aussi se met-elle à la recherche d'une personne consentante pour se faire dévorer en grandes pompes.

Avec : Marion Astorg, Rémi Fransot, Paolo Malassis Texte et mise en scène: Mathilde Courcol-Rozès assistée par : Marine Guez Dramaturgie : Marine Guez Scénographie : Bruno Torralba


Rêverie gourmande carnée Cie Icare est une femme (40 minutes)

Venant d’une famille de restaurateurs et étant depuis toujours une bonne vivante, je suis partie en Septembre, dans le cadre de ma formation à l’Ecole du Nord, faire le tour culinaire de France en sac à dos et sans portable pour aller à la rencontre de différents restaurateurs, producteurs et éleveurs. Très vite, ce voyage m’a permis de m’interroger sur le lien entre féminité, désir et nourriture, chair féminine et bonne chère et de manière plus inattendue, sur le lien entre deuil amoureux et viande... Dans une époque devenue si sensible au slow food, si attentive aux tendances culinaires, nous nous voilons trop souvent la face sur la place de la femme dans l’organisation de cet acte essentiel qui est celui de (se) nourrir. D’où les questions suivantes parmi tant d’autres : «Quel rapport entre une entrecôte et le patriarcat ? Où sont passées les Maïté, ces femmes aux corps ne répondant pas à la norme, ces ogresses avides de bonne chère ? Qui je mange quand je mange? Et que dit de moi ce que je mange ?"

Texte, mise en scène et jeu : Solène Petit Collaboration artistique à la mise en scène et à la dramaturgie : Lucas Rahon


Le déluge Cie les culs de jatte de l’espace (1h)

En plein air, au sein de la nature, un homme fait résonner ses synthétiseurs. Un deuxième apparaît, perdu dans l'immensité. Comme s'il pressentait un Déluge à venir. Entre interviews d'animaux confinés dans l'Arche de Noé, débats entre scientifiques "délugo-sceptiques" et écclésiastiques, chansons d'amour pour flamants roses et monologues musicaux d'un prophète dépassé par l'immensité de sa tâche, le spectacle démontre l'actualité de ce mythe multiculturel et en fait une matière à réfléchir notre présent. Poétique, politique, métaphysique : ce "Déluge" invite petits et grands à plonger dans une histoire, qui, parce qu'elle interroge la possibilité d'un destin commun à l'humanité, n'a peut être jamais été aussi nécessaire qu'aujourd'hui.

Un spectacle musical de et avec : Antoine Sarrazin et Nicolas Worms Mise en scène : Antoine Sarrazin et Nicolas Worms Regard sur le jeu et la dramaturgie : Florent Hu, Lucien Duntze et Daniel Conrod Scénographie : Florent Hu Costumes : Juliette Dupont de Romémont Collaboratrice artistique : Eden Tinto Collins Image et photographie : Anton Obshta et Eden Tinto Collins


Clytemnestre Cie la revanche de Simone (1h30)

Clytemnestre, reine grecque de la mythologie antique, a été reléguée au rang de femme déviante et monstrueuse pour avoir tué à coups de hache son mari Agamemnon au retour de la guerre de Troie. Ce spectacle est une prise de pouvoir. Une prise de parole et de liberté. Clytemnestre ne nous apparaît pas pour justifier cet acte sanguinaire, mais pour nous donner à voir comment la violence d'un monde d'hommes a eu raison de sa détermination, et de celle de ses deux filles, Iphigénie et Electre. Pour donner une relecture de notre Histoire, par le prisme de celles à qui on confisque la parole. En invoquant les acteurs et les situations d'une tragédie achevée depuis longtemps, entre brutalité et séduction, elle nous prévient contre les maux qui gangrènent encore notre monde. Un Choeur, anonyme et mystérieux, l'accompagne comme un aval divin qui pousse cette parole vers le dehors. Il est multiple, insaisissable. Alors que Clytemnestre reste et restera toujours prisonnière de ce qu'elle est.

Mise en scène et écriture : Lucas Borzykowski Jeu et écriture : Nikita Faulon Jeu et création sonore : Raphaël Mars Création costumes et maquillage : Jean A. Deron



facebook.com/festivalmascarade

instagram.com/mascarade_festival/



Théatre de la Mascara

ADRESSE : 3 impasse de Kerouatz, 02310 Nogent l'Arthaud

ACCES DEPUIS PARIS :
Gare de l’est : Ligne P direction Château Thierry
Arrêt Nogent l’Artaud - Charly (~45min)


RENSEIGNEMENTS - RESERVATION
03.23.70.07.68
par mail : festival.mascarade@gmail.com










Association Théâtre de la Mascara 3,impasse de Kerouartz 02310 Nogent l’Artaud Tel : 03.23.70.07.68 Mentions légales